We are Women

Dans la Bulle de Bettina, française expatriée au Cambodge.


Bonjour Bettina, la plupart de nos lectrices te connaissent par tes articles mais peux-tu nous en dire un peu plus sur toi ?

Bonjour ! J’ai 23 ans et je suis née à Lille, où j’ai vécu jusqu’à mes 21 ans. Je suis partie il y a un an et demi au Cambodge, et j’habite depuis à Siem Reap, où j’ai travaillé au sein d’une agence réceptive. J’ai démissionné il y a un mois !

Raconte nous ton parcours en quelques mots. Comment t’es tu retrouvée expatriée à Siam Reap au Cambodge ?

J’ai toujours aimé voyagé ! J’ai effectué mon premier stage en Espagne, je suis ensuite partie en Erasmus en Hongrie. Lors de ma dernière année à l’université, en Master 2 tourisme, j’ai décidé de partir … Loin! J’ai trouvé une offre qui me correspondait au Cambodge, et finalement je suis restée depuis !

bettina-redactrice-allaroundthegirl1

Les démarches pour s’installer au Cambodge sont-elles compliquées pour les français ?

Absolument pas ! En général, les étrangers peuvent s’installer très facilement au Cambodge : un visa de travail coûte environ 300$ à l’année, et il y a souvent de belles opportunités de carrière. Il faut désormais un permis de travail, assez facile à obtenir lui aussi. De même, ouvrir sa propre entreprise ne demande pas beaucoup de formalités administratives et les taxes sont très basses – pour l’instant !

Ce qui te plaît le plus dans ta vie au Cambodge ?

Le soleil ! Je suis partie de Lille par manque de mélanine 😉 plus sérieusement, j’aime le fait que ce pays soit un peu hors du temps et à trois milles lieux de la logique européenne. J’aime sortir de ma zone de confort et découvrir de nouveauw horizons, le Cambodge est parfait pour ça ! C’est une leçon de vie immense, surtout pour un pays qui a vécu une Histoire assez terrible et peu connue.

Ce qui ne te manquerait pas si tu devais partir ?

Le manque d’organisation ! On se rend aussi compte, lorsqu’on vit à l’étranger, de la chance que l’on a d’être Français. Des choses simples de la vie peuvent parfois devenir une vraie galère dans un pays aussi peu développé et corrompu que la Cambodge.

À quoi ressemblent les week-end et temps libres des jeunes cambodgiens ?

Les Cambodgiens aiment beaucoup se retrouver en famille ou entre amis. Ils mangent souvent dans des restaurants spécalisés dans les barbecue, un plat convivial typique, et une soirée finie souvent au karaoké ! C’est l’activité par excellence ! Les beer gardens sont des bars / restaurants très prisés des hommes et souvent bondés.

La prochaine étape après le Cambodge ?

Excellente question ! Comme je le disais, j’ai démissionné et je cherche actuellement à me rapprocher de la France. L’Asie, c’est un peu trop loin pour rentrer le week-end. Je veux continuer à travailler dans le tourisme, en France, ou en Europe. J’espère que mes recherches seront fructueuses !

bettina-redactrice-allaroundthegirl2

Tu as visité beaucoup de pays. Que t’apportent tous ces voyages ?

Des rencontres avec des gens du monde entier, et surtout une ouverture d’esprir immense ! J’aime beaucoup le fait de relativiser sur ma vision du monde à chaque fois que je pose le pied dans un pays différent, et j’aime par-dessus m’immiscer dans la culture locale pour en apprendre plus des us et coutumes, c’est quelque chose qui me nourrit énormément !

On écoute quoi comme musique au Cambodge ? Fais nous rêver avec 3 morceaux typiques.

Au Cambodge, on écoute de la musique traditionnelle khmère lors des cérémonies comme les mariages et les enterrements. Sinon, plusieurs chanteurs sont très célèbres dans le pays : l’un d’entre eux est Preap Sovath, qui chante beaucoup de chansons d’amour. Il déchaine les passions chez les jeunes Cambodgiens !

En ce qui concerne la musique traditionnelle, voici un petit extrait. C’est sur ce type de musique que l’on peut observer des danses Apsaras, la danse typique cambodgienne.

Enfin, j’aimerais vous montrer les chanteurs « d’avant », comme on le dit ici. En fait, le Cambodge était un pays assez moderne, doté de nombreux artistes et chanteurs, avant le génocide de 1975, où tous les intellectuels ont été massacrés. Depuis, l’art peine à retrouver son identité, mais le rock avait aussi mis un pied au Cambodge !! Ros Sereysothea était une chanteuse de l’avant guerre très connue.

Ta définition du bonheur

Ma définition du bonheur, c’est de me lever chaque matin et d’être satisfaite de qui je suis. Pas d’orgueil là-dedans, je me correspond juste entièrement, et je suis vraiment bien dans mes baskets ! Je fais globalement ce qui me plait, et même si je suis parfois un peu trop spontanée, j’aime le tournant que prend ma vie en général !


You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply