Art de vivre

Trans Musicales : Aurore rencontre Nico and the Red Shoes et 3SomeSisters

Pour beaucoup de personnes, le premier weekend de décembre correspond à la magie de Noël, la recherche du cadeau parfait, l’odeur de sapin… Mais pour de nombreux amoureux de la musique comme moi, il s’agit surtout du weekend des Trans Musicales, dont la 37ème édition se déroulait du 2 au 6 décembre à Rennes.

Au programme, plus de 80 concerts, des groupes venus du monde entier : Canada, Thaïlande, Angleterre… Tu peux préparer tes futures vacances en fonction de tes découvertes musicales, pratique !

J’ai eu la chance de rencontrer les groupes 3SomeSisters et Nico and The Red Shoes, qui faisaient parti de mes chouchous de cette édition. Le coup de cœur s’est confirmé en leur compagnie fort sympathique et en les voyant sur scène par la suite.

TransMusicales.jpeg


3SomeSisters

3SomeSisters.jpeg

Votre rencontre ?

On vient d’endroits différents mais on habite tous à Paris. On s’est rencontré un peu par hasard et on est tous tombé amoureux les uns des autres.

Pourquoi 3SomeSisters ?

Au départ on faisait des covers (ndlr : reprises) et on voulait être dans la tradition des groupes de nanas à trois voix comme les Andrews sisters, et on voulait cette fin de nom : « Sisters ». 3Some c’est sorti comme une blague, on avait envie de quelque chose d’irrévérencieux, et on l’a gardé.

Ce qui vous a donné envie de vous transformer sur scène ?

De par le nom « Sisters », on était déjà dans un truc premier degré, de travestissement, de genre féminin-masculin. Petit à petit ça s’est étoffé, ça a changé. Aujourd’hui on fait nos compositions, on fait quelque chose qui est emprunt de musiques traditionnelles, ethniques et religieuses, du coup notre travestissement est moins genré. C’est moins féminin-masculin, mais c’est plus l’évocation de ce qu’on fait musicalement.

Vous pouvez vous transformer en un artiste pour un soir, vous choisissez qui ?

Björk ! Je sais pas si j’aimerais être dans sa tronche quand même… En même temps si. Ça doit être fabuleux.

Un lieu insolite où vous rêveriez de jouer ?

Sur la lune !

Burning Man !

Un objet fétiche ?

On n’a pas d’objet fétiche, par contre il y a plein de choses qu’on doit trimballer en permanence : des accessoires, du maquillage… Non on n’est pas très fétiches.

Moi j’ai un fouet toujours avec moi… C’est pas vrai, je blague.

Une chanson qui vous inspire le voyage ?

Ce qui me vient c’est le dernier voyage que j’ai fait. Des fois j’ai des petites obsessions quand je suis à l’étranger, j’embarque pas pléthores de morceaux à écouter donc je peux faire un petit blocage. Là j’écoutais en boucle un morceau de Hedwig and The Angry Inch, une comédie musicale avec un homme qui se travestit.

Je crois que quand on est en voyage on a besoin de se raccrocher à des choses qui nous rappellent un petit peu chez nous. Tout fait voyager !

Un pays où vous rêveriez de jouer ?

Partout ! J’adorerais jouer en Islande, en Asie… Il n’y a pas d’endroit sur Terre ou je me dirais « Oh non, j’ai pas envie ».


Vous avez de la chance, le concert des Trans Musicales est disponible en entier sur Youtube ! Et suivez l’actualité de 3SomeSisters sur leur page Facebook, ils passeront peut-être près de chez vous en 2016.


Nico And The Red Shoes

Nico-and-the-red-shoes.jpeg

Une petite présentation ?

Le groupe est né fin 2013 à l’occasion d’un concert que je faisais à Bruxelles. Il fallait que je trouve un nom, alors j’ai vite pensé à ma passion pour la danse, et c’est aussi un clin d’œil au film de Michael Powell : The Red Shoes.

Tu peux te réincarner en un artiste pour une soirée, tu choisis qui ?

Peut-être Siouxsie and The Banshees.

Des objets fétiches que tu amènes avec toi en tournée ?

Des plumes et des chaussures rouges. J’ai toujours des ballerines de jazz avec moi. Je n’ai pas fait de danse de manière professionnelle mais j’aime juste les chaussures de danse, je les trouve très belles donc j’en achète !

Un endroit insolite où tu aimerais jouer ?

La muraille de Chine ce serait peut-être impressionnant…

Mais j’aurai rêvé de jouer à la Hacienda à Manchester. C’est une scène qui a accueillie tous les musiciens de la New Wave, ceux qui ont marqué cette époque.

Un pays où tu aimerais jouer en particulier ?

Je dirais comme ça tout de suite, en Angleterre. C’est pas loin, un TGV et c’est réglé.

Ou sinon au Japon, ça m’éclaterait ! Je suis fascinée par la culture manga, donc le Japon ce serait le grand luxe.

Une chanson qui t’inspire le voyage ?

Roadrunner de Jonathan Richman (The Modern Lovers).

Le voyage t’inspire dans ton écriture, dans la création ?

Oui beaucoup, surtout quand je voyage en train. Je ne peux pas prévoir le moment, j’ai souvent la sensation d’entendre de la musique, des paroles aussi. C’est assez facile d’écrire des paroles, tout le temps. Et la musique, la mélodie, j’attrape quand ça vient.

Tu connaissais les Trans Musicales avant d’y venir ?

De nom oui, parce que ça fait partie des premiers festivals en France. J’en ai compris l’ampleur en arrivant ici.

Quand je suis venue enregistrer mes pré prods à Rennes avec Da Silva, il me parlait déjà des Trans Musicales. Il me racontait qu’il avait été découvert ici. Et plus tard, quand je me suis installée à Paris, quand j’ai appris que je venais y jouer, tout le monde me disait : « Tu ne sais pas ce qui est en train d’arriver ! C’est incroyable, c’est génial, tu le mérites, vas-y, fonce ! ».

J’étais très étonnée de savoir que Nirvana, Bjork, plein de groupes étaient passés là quand ils n’étaient pas du tout connus.


On souhaite le même parcours à Nico and The Red Shoes. L’EP est déjà disponible, vous pouvez l’acheter en suivant les liens sur Facebook, et suivre l’actualité du groupe. 

Nico-and-the-red-shoes-concert.jpeg


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos proches !

> Découvrez les autres récits & articles d’Aurore <

 

No Comments

    Leave a Reply