Art de vivre

De Bruxelles à New-York, les femmes dénoncent le harcèlement de rue.

Dans la rue, le scénario se répète encore et toujours.

– “Hey mad’moizelle vous êtes charmante, vous me donnez votre numéro ?”
– “Non je n’ai pas envie de parler et puis j’ai un copain”
– “Allez casse toi salope”

harcelement-de-rue-bruxelles-new-york

Pas de pitié pour les harceleurs de rue !

Vous qui me lisez avez sûrement déjà fait face à ce genre de provocation urbaine. La plupart du temps on ignore en prétendant que l’on n’a rien entendu, au pire on sourit poliment pour éviter que notre interlocuteur ne sois trop heurté dans son égo… Le pauvre, déjà qu’il nous agresse alors qu’on ne lui a rien demandé, il ne faudrait pas en plus qu’on le vexe !

Selon notre humeur il arrive parfois que nous puissions avoir des envies de frappes sauvages, de castagne sanguinolente. Tel un bazooka sur pattes on serait prêtes à bousiller le premier mec qui oserait poser son regard sur nous ! Au moindre “Psssst mad’moizelle” on dégainerait l’artillerie lourde et on se sentirait un peu plus légère après avoir mis K.O tous ces lourdingues à la bave dégoulinante. OH le pied !

À ce rythme là, il ne resterait pas beaucoup d’hommes dans les rues de la planète… Si, il resterait les hommes bien. Ce genre d’hommes qui sait que rencontrer, et potentiellement intéresser une femme ne se fait ni en la sifflant ni en l’insultant de “salope”…

Qu’ont-ils réellement en tête ?

Je me suis toujours demandé ce qu’il se passait dans la tête de ces hommes qui nous accostent dans la rue, nous les femmes, comme si nous étions des animaux. Parfois je laisse aller mon imagination et me vois répondre à l’une de ces interpellations :

– “Hey mad’moizelle vous êtes bien charmante, je vous paye un verre ?”
– “Si je te dis que je suis en couple je vais me faire insulter et peut-être même me faire cracher à la gueule alors oui pourquoi pas et après on va dîner chez ta mère pour parler fiançailles ?” DUCON !

De Bruxelles à New-York

Dans le but de dénoncer le harcèlement dans les rues de New-York, le collectif Hollaback, équipé d’une caméra cachée a suivi une des membres de leur team afin de faire prendre conscience au grand public de ce que pouvait subir une femme le temps d’une journée.

Regardez plutôt !

> bmore.ihollaback.org

Pour aller plus loin :
stopharcelementderue.org

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply