We are Women

Dans la Bulle de la chanteuse Stéphanie Sandoz


Un vendredi après-midi à la terrasse du Café Français de Bastille à Paris, Stéphanie Sandoz en pleine promo pour son album Jet Lag a accepté de répondre à mes questions. De Los Angeles à Bombay en passant par Alger, le tour du monde musical de Stéphanie a fait d’elle une artiste affirmée, elle nous livre aujourd’hui ses secrets de voyages…

Si vous deviez être un pays, lequel choisiriez-vous ?
Je répondrai l’Inde pour sa diversité, sa chaleur et son métissage. L’Inde est un pays qui te bouscule; je m’y suis perdue et je m’y suis retrouvée. Quand tu débarques là bas, tu te sens très seul et démuni. Mais à la fois, c’est un pays qui m’a aidé à rationaliser et à revenir à l’essentiel. Mon étape en Inde n’a malheureusement duré que quelques jours et c’est avec une grande impatience que j’attends d’y retourner.

stephanie-sandoz

L’indispensable à votre valise ?
Des chaussures ! Une paire de chaussures, ça classe une femme. Tu peux être habillée n’importe comment, si tu des chaussures en rapport avec une situation ou une circonstance, tu seras toujours chic ! Les chaussures c’est l’essentiel de ma garde robe. Quand je pars pour acheter des vêtements, je reviens toujours avec des chaussures, y a rien à faire, c’est comme ça !
Sinon, lors de mon tour du monde, l’indispensable à ma valise c’était bien évidemment tout mon matériel d’enregistrement !

Un de vos meilleurs souvenirs de voyages ?
Juste avant mon tour du monde, j’avais préparé une chanson que j’imaginais chanter en duo avec un artiste masculin originaire d’Asie. Lors de mon étape à Hong Kong, j’ai été mise en relation via l’un de mes amis, avec un certain Kenny Bee. Lorsque je suis arrivée au bar dans lequel nous avions rendez-vous, j’ai été accueillie comme une princesse. Je me souviens qu’il y avait énormément de paparazzis. Je ne comprenais pas d’où venait toute cette agitation et il m’a fallut du temps pour réaliser que Kenny Bee était une super star à Hong-Kong. Cela reste une agréable surprise à laquelle je ne m’attendais pas du tout.
Suite à cette rencontre coup de cœur, nous avons enregistrée le morceau La tête en l’air, à découvrir dans mon album Jet Lag.

Un lieu dans lequel vous aimez vous ressourcer ?
Ma baignoire ! (rires)
Plus sérieusement, j’ai un lieu, un seul lieu dans lequel j’adore me retrouver, dans lequel je suis affranchie de tout. C’est un appartement dans le Var qui appartenait à mes grands parents, il y a une vue sur la mer, c’est mon domaine.
J’y vais dès que je peux et j’y retourne d’ailleurs le week-end prochain pour prolonger un peu l’été.

Un hôtel qui vous a marqué ou dans lequel vous aimeriez séjourner ?
J’ai eu la chance de séjourner dans de très beaux hôtels mais celui qui m’a vraiment marquée est le Grand Hôtel Villa Serbelloni Bellagio. Un hôtel 5* qui surplombe le Lac de Côme en Italie et qui est ouvert seulement d’avril à novembre. Un vrai bijou !
J’ai découvert récemment le Sofitel Dubaï Jumeirah Beach que je trouve vraiment très joli et paisible.

Votre prochaine destination ?
Je veux retourner en Islande. C’est une destination qui m’est très chère puisque c’est là que mon mari m’a demandé en mariage.
L’Islande est un pays vraiment très riche, tu as la montagne, la mer,… Tout est magnifique, j’ai adoré cet endroit. Je rêve d’y aller en mars pour observer les aurores boréales.

Quel est votre astuce pour éviter les effets négatifs du jet lag ?
J’ai essayé les comprimés canadiens “No Jet Lag” que tu achètes sur internet et qui ne fonctionnent pas du tout ! En revanche, un de mes amis qui voyage énormément m’a conseillé de boire au moins 1,5L d’eau avant le vol. Cela évite à ta peau de se déshydrater et cela évite aussi tous problèmes circulatoires. Le mieux est encore de trouver des horaires de vol retour qui permettent de se remettre dans le bain naturellement.

Un seul mot qui vous évoque l’évasion ?
Musique.

Un génie vous offre un voyage dans le temps, quelle époque choisissez-vous ?
J’aurais bien voulu vivre au 18ème siècle pour évoluer avec les plus grands génies de la musique.

Une femme qui vous inspire ?
Ma mère parce que c’est mon modèle. Elle est unique et m’inspire la femme que je voudrais être.

Que pensez-vous de la femme d’aujourd’hui ?
Et bien elle est pas si mal la femme d’aujourd’hui ! Elle embrasse tout, c’est un peu Wonder Woman, on va pas se mentir, c’est super dur de tout gérer, non ?
Certaines ont plusieurs métiers, elles doivent être au four et au moulin alors en plus lorsqu’il y a des enfants le rythme devient vraiment intense !
Faut être sacrément costaud quand t’es une femme aujourd’hui. Ce n’est pas évident d’évoluer dans cet univers qui reste encore très masculin. La femme doit être multi fonctions, un vrai robot avec un cerveau en plus… et des jambes interminables c’est encore mieux !

Vos trois morceaux du moment ?
Get Lucky – Daft Punk que j’ai écouté tout l’été.
Your Wish – Talisco, ma découverte du moment, jadore !
Jimmy – Moriarty, qui me rappelle un peu mon road trip sur la côte ouest américaine de cet été (rires).

Votre définition du bonheur ?
Vivre l’instant présent et être capable de m’affranchir de mes angoisses, de la difficulté du moment. Kiffer et respirer. D’ailleurs il faut absolument que je m’inscrive au yoga ! Ça fait parti des gros challenge de cette rentrée. Je crois que ma grande réussite à moi sera de lâcher prise. C’est un exercice que t’arrives à faire sur scène mais qui n’est pas forcément simple à appliquer dans ta vie de tous les jours.
Le bonheur, je ne le conçois pas seule. J’aime les autres, j’aime échanger, j’aime partager. Aujourd’hui j’ai vraiment envie d’aller au contact des autres, c’est aussi pour ça que je fais ce métier.

Vous faites quoi après cette interview ?
J’aimerais bien dormir mais je vais aller manger du chocolat chez Jean-Pau Hévin !

Merci Stéphanie Sandoz !

Découvrez sans plus tarder le coup de cœur d’All around the Girl !

You Might Also Like...

1 Comment

Leave a Reply